Château de Pibarnon 2018

  • Bandol - Provence
  • 75 cl
  • Rouge

Nouveau

DéclinaisonsPrixPrix à l'unitéQuantité
Bientôt disponible
Demi-bouteilles, magnums et autres formats disponibles sur demande : nous contacter

ASSEMBLAGE :

90% Mourvèdre / 10% Grenache

VINIFICATION :

En cuve, fonctionnement par gravité. En 2009, une petite partie des Mourvèdres ont été vinifiés en vendange entière, non foulée et non égrappée. Pigeage manuel quotidien pour une extraction douce et profonde des tannins fins. Fermentation suivie d'une très longue cuvaison avant écoulage. Elevage en foudres de chêne pendant 20 mois.

DEGUSTATION :

En bouteille depuis quelques mois, le 2015 est encore sur les bouquets primaires, de fruits noirs, cassis, mais aussi d'épices, comme la cannelle, ou de la réglisse, avec beaucoup de notes de garrigue. Un ensemble très séducteur, vibrant, exubérant et même explosif ! Un millésime intéressant, d'avant et d'après pluie, le premier apportant des notes solaires, sudistes, méditerranéennes, le second des notes de maturité de tannins, de sève et de longueur en bouche. Un superbe millésime, complexe, qui s'annonce à forte personnalité.

manufacturer_96.jpg?time=1517304972

HISTOIRE :

Sous l’impulsion d’Henri de Saint-Victor et de son fils, Eric, Pibarnon s’est tranquillement installé dans le peloton de tête des meilleurs vins rouges de France. 

DOMAINE :

Il le doit à un terroir exceptionnel, au sommet de l’appellation Bandol, sur des sous-sols d’argile bleue avec une forte proportion de calcaire actif. Le mourvèdre, cépage emblématique des vins de Bandol, a trouvé là son emplacement idéal. Les Saint-Victor ont réussi à créer une symbiose entre le cépage et le terroir, capable de produire des vins rouges d’anthologie. Situé à 300 mètres d’altitude et à proximité du bord de mer, le Château de Pibarnon jouit d’un fantastique microclimat qui garantit une grande fraîcheur aux vins et une réserve toute féline. Ni opulents ni excentriques, les vins de la propriété s’inscrivent dans une savoureuse régularité. Ses 50 hectares de vignes exposés sud-est sont ancrés au cœur d’une enfilade d’amphithéâtres grecs. Ici, clairette, marsanne et rolle donnent de flamboyants vins blancs, le mourvèdre apporte au rosé sa puissance tandis que le cinsault le flatte de sa sensualité. Les rouges, si singuliers prouvent que la vigne est parfois capable de s’adapter à la terre et à ses aspérités.

LE VIN :

C’est dans cet assemblage de mourvèdre (90%) et d’une pointe de grenache que s’exprime la face cachée, mystérieuse et suave, du cépage roi de l’appellation. Elevé pendant 20 mois en bois neuf et en foudre de chêne, le mourvèdre a acquis toute sa profondeur et développé une réserve noble et racée. Sa robe rubis foncé aux profonds reflets presque noirs promet un nez de fruits noirs, de cassis, de mûre et d’épices réhaussés par des effluves de garrigue, de cyste, de laurier, de tabac et de poivre. La bouche s’ouvre sur une belle attaque soyeuse et veloutée. La finale est fraîche et envoûtante. Un gigot d’agneau et une fricassée de légumes de printemps, un magret de canard ou du bœuf sauront tenir tête à ce grand cru.